MacQuébec

10 ans de l’iPhone. Quel avenir?

Domino iPhone

Intronisation du iPhone

Commençons par un petit récapitulatif historique.  Oui, Steve Jobs a annoncé l’iPhone en janvier 2007, mais il ne fut offert aux États-Unis qu’en juillet 2007.

Il n’y a pas eu d’ iPhone 2; misant sur un nouveau système de bande passante,  l’iPhone 2008 portait le nom d’iPhone 3G (1,9 Mb/s dans des conditions idéales). Cet appareil a permis de démocratiser pour la première fois un instrument possédant de vraies capacités «voix et données».  C’est avec cette version et son petit frère le 3GS (3,6 Mb/s) que les grands fournisseurs canadiens introduisaient l’iPhone au Canada en novembre 2009.

Depuis, chaque année, on nous présente de nouvelles versions, avec de plus grands écrans, des batteries plus performantes, une augmentation de la résolution, un meilleur capteur photo et des processeurs de plus en plus performants.  On adapte aussi les différentes technologies aux nouveautés du marché, tels le Bluetooth, la RFID (issu de l’anglais «radio frequency identification »), le GPS, le gyroscope, etc.

Aujourd’hui, il s’agit beaucoup plus d’un ordinateur complet que d’un simple téléphone.

Steve_Jobs_Headshot_2010-CROP

En 2012, le port Lightning est apparu sur l’iPhone 5.  Ce qui permit à Apple d’augmenter une nouvelle fois son bénéfice grâce à nos achats d’accessoires munis de ce connecteur afin d’abandonner celui de 30 broches.

Année après année, Apple augmente la cadence du processeur ainsi que sa rentabilité. Mais ce qui m’étonne le plus dans l’évolution de l’appareil, c’est la progression des technologies de bande passante; l’iPhone 3G avait une capacité de 1,9 Mb/s et aujourd’hui on peut atteindre 225 Mb/s avec la technologie LTE-a, soit une augmentation de presque 120 % en 10 ans.

Toute cette rapidité a un prix; pour atteindre de plus en plus de débit, on doit augmenter la fréquence et ceci au détriment de la portée.  Dans les régions à forte densité de population, ceci ne cause pas beaucoup de problèmes, mais les régions rurales sont et seront toujours les dernières à profiter des vitesses de débit supérieures.  Heureusement, jusqu’à présent, les iPhone ont une rétroactivité de connectivité cellulaire.  Pour preuve, le dernier né de la gamme supporte toujours la norme GSM/EDGE des premiers modèles.

Pour 2020, on nous promet la 5G qui pourrait atteindre plusieurs gigabits par seconde.  Aura-t-on un LTE-B entre-temps? C’est fort probable, mais il faudra également que les fournisseurs et les distributeurs s’adaptent.  Ceux-ci font des investissements considérables afin d’améliorer leur réseau, mais pourront-ils toujours maintenir ce rythme effréné?  Ici, j’aimerais faire un parallèle avec la télévision.  Au CES 2017, on présente des téléviseurs avec une définition de 4K, 8K et même de 16K, alors que nos diffuseurs et nos distributeurs télévisuels viennent à peine de nous présenter des produits en Full HD, 1K ou si vous préférez 1080p. Même si vous avez un téléviseur 8k, si le diffuseur transmet en 1080p que votre fournisseur reçoit, et si celui-ci vous le retransmet en 720p, il faut comprendre que votre beau téléviseur sera sous-exploité.

Plus c’est grand, mieux c’est

C’est une histoire bien connue; en réponse aux écrans des téléphones Android qui ne cessaient de prendre de l’expansion, Steve Jobs avait comparé ceux-ci aux «Hummer » des smartphones en disant que personne n’achèterait cela.

Pourtant, Tim Cook a corrigé le tir une fois qu’il a eu les coudées franches à la tête d’Apple.

Verra-t-on des écrans plus gros? Plusieurs spécialistes ne prévoient pas d’agrandissement des écrans à court et moyen terme, car ceci affecterait probablement les ventes d’iPad.

Des pixels, ça consomme de l’énergie

On le sait, nous demandons de plus en plus d’autonomie à nos appareils.  Et notre fabricant préféré a réalisé d’énormes progrès en ce sens depuis 3 ans.

Il vous faut faire la différence entre résolution et définition.  La résolution est le nombre de pixels sur une distance déterminée.  Ainsi lorsque nous parlons de 300 ppp, il s’agit de 300 pixels par pouce.  La définition, elle, concerne le nombre de pixels sur l’écran; ainsi un écran de 5,5 pouces de diagonale, avec une définition de 401 ppp, aura une définition de 1 920 x  1 080 ((√(2,69 po2 + 4,79 po2)=5,5 po) donc 4,79 po x 401 ppp = 1 920 pixels et 2,69 po x 401 ppp = 1 080 pixels).

Plusieurs s’accordent pour annoncer un partenariat avec Samsung afin de produire des écrans OLED (un pixel = une DEL) au rebord incurvé sur le prochain iPhone.  Il est vrai que les écrans OLED ont une meilleure luminosité que les écrans Retina en plus de consommer moins, car il suffit d’éteindre une DEL afin d’obtenir un pixel noir.

Cependant, Apple ne calcule pas la précision de ses écrans comme le fait la concurrence.  Lors du lancement de l’iPhone 4, qui introduisait l’écran Retina, le fondateur avait expliqué que son entreprise prendrait dorénavant l’angle de vision en considération.  Malheureusement, les écrans Retina ne sont pas devenus les meilleurs pour autant.  Toutefois, avoir une résolution supérieure sur des écrans de moins de 6 pouces, alors que l’œil humain ne perçoit plus de différence à compter 300 ppp, est-ce vraiment pertinent?

Pour l’instant, seul Samsung produit des écrans OLED incurvés.  Avec ce type d’écran, nombreux sont ceux qui croient que Samsung ne pourrait pas fournir à la demande d’un fabricant de la taille d’Apple en plus de répondre à ses propres besoins.  Certains spécialistes suggèrent qu’il serait possible de ne voir qu’un seul modèle d’iPhone ayant cette particularité.

Verra-t-on une augmentation de résolution?  Actuellement, Apple nous offre une résolution 326 ppp sur son dernier modèle standard, et 401 ppp sur son modèle Plus.  Retenons aussi que plus il y a de pixels, plus l’appareil est énergivore; or, nous pouvons supposer que, tant qu’Apple n’ira pas dans la réalité virtuelle nécessitant des résolutions supérieures, nous ne devrions pas voir beaucoup de changements majeurs sur la résolution.  En effet, lorsque nous parlons de réalité virtuelle, l’effet de profondeur est primordial.  Pourtant, certains « Nostradamus » prédisent la réalité virtuelle sur l’iPhone 8.

Adieu les fils

Déjà en 2009, le Palm Pré (que j’ai possédé et adoré) était muni d’une technologie de recharge par induction.  De plus en plus de fabricants font appel à cette technologie afin de recharger nos appareils.

Il ne serait pas surprenant de voir apparaître cette technologie sur nos prochains iPhone.  Sachez que l’Apple Watch possède déjà cette technologie.

induction iphone

Design et matériaux

Après avoir essuyé beaucoup de critiques sur le design trop conventionnel de son iPhone 7, Jonathan Ive devra frapper fort avec l’iPhone 8.

On dit de plus en plus qu’il oubliera l’aluminium au profit d’autres matériaux, tels la céramique, le verre, l’acier inoxydable ou bien un mélange de plusieurs matériaux.

Certains vont même jusqu’à prédire un concept à deux écrans repliables.

Nous verrons certainement disparaître les rebords de la coque, au profit d’un écran couvrant la largeur de l’appareil.

Il y a beaucoup de questionnements sur le bouton Home, celui-ci ayant déjà subi une refonte avec la dernière génération.  Pourrait-il disparaître ?

Des surprises…

Steve Jobs avait l’habitude de nous éblouir lors de ses présentations.  Cette année, pour la première fois depuis 2007, les ventes d’iPhone sont en régression.

Afin de conserver sa place de leader dans le marché ultra compétitif des smartphones, Tim Cook et Jonathan Ive devront frapper extrêmement fort avec le dixième anniversaire et la 16e version de leur produit phare.

À propos de l'auteur

Paul Falardeau

Paul Falardeau

Recevez quotidiennement les dernières nouvelles de l’univers Apple

Inscrivez-vous dès maintenant pour avoir accès aux dernières nouvelles et à des promotions exclusives!

Commentaires